Randonnée de Siguer à Gnioure – Ariège

14 juillet 2009, départ a 7h15 de Toulouse avec Herminie, ma compagne de randonnée du jour. Loris reste à la maison avec sa mère. La montagne pour le petit ce ne sera pas encore ce mois ci (mais je vais penser à vous toute la journée).

Le temps n’est pas vraiment favorable au départ (même sur la route entre Toulouse et Foix la bruine était déjà de la partie…) mais on se console en se disant que l’on aura pas trop chaud. Arrivée au parking de Bouychet à Siguer et début de la marche à 9h00.

La première partie de la randonnée se fait en forêt avec le Siguer en contrebas jusqu’a la troisième passerelle à a peu prêt 1h30 de marche du départ. A la passerelle, on laisse le sentier qui mène à l’étang de Peyregrand sur la gauche et aller tout droit pour monter assez raide pendant une vingtaine de minutes jusqu’à une cabane de berger fort bien équipée. C’est maintenant que la randonnée initiale prévue pour aller aux étangs de Neych se transforme sans le savoir en randonnée pour l’étang de Gnioure. A cause des conditions météo et de l’oubli de la carte IGN 1/250000 on se retrouve sur le sentier de l’étang de Gnioure sans aucune visibilité et on monte péniblement vers le col à 1998m. C’est là que l’on se dit qu’il y a comme un soucis de trajet, où sont les étangs de Neych qui étaient notre arrivée? Bon… Voyons ce qu’il y a après le col. Le bruit d’un troupeau nous fait penser qu’un berger n’est pas loin… Après quelques minutes de descente, nous rencontrons un berger : ‘Arsène’. Et là c’est vraiment une super rencontre avec un passionné de nature qui nous raconte ses péripéties pendant presque deux heures… Je serais bien resté plus mais le temps n’est pas terrible, il faut remonter vers le col qui d’après Arsène est dangereux par temps orageux… En plus un ours rode dans les environs… Toujours pas apercu depuis que l’on traine dans les Pyrénées. L’ours, sujet sensible dans nos belles montagnes, je n’ai pas osé demander à Arsène ce qui l’en pensait vraiment. Il n’a pas l’air contre, pas l’air pour non plus…

Le retour est rude, à peu prêt 1000 mètres de dénivelé négatif, dur pour les genoux en cette reprise après une très grosse trève hivernale et familiale. J’entends a peine le feu d’artifice Toulousain de retour à la maison, l’appel de l’oreiller est le plus fort, le mal de tête est affreux!
On y retourne quand (cette fois ci avec Loris sur le dos)?

Etang de Gnioure

Etang de Gnioure

La biquette

La galerie de la randonée est disponible http://www.flickr.com/photos/hamerling/sets/72157621780899504/detail/

Publicités